Paul Valéry et l'orthographe

Publié le par alter-ortograf

Pour commencer il faut que j'explique pourquoi j'ai décidé d'ouvrir ce blog.

Mais avant, une remarque importante : je ne me sers pas de l'accent circonflexe et je simplifie les lettres grecques : y" devient "i", "th" : "t" et "ph" : "f".


Première partie :

Pendant ma carrière d'enseignant et en tant que père j'ai toujours été confronté aux problèmes d'ortografe. Quand par exemple, à l'étranger un professeur demandait à ses élèves d'écrire dix frases, dans un controle écrit, sur une histoire qu'ils avaient lue en classe il attribuait trois points pour chaque frase.

Voici un exemple: "Les garçons jouaient au foot pendant les récréations." Si les petits étrangers écrivaient : "Les garcon jouait au foot pandent les récréation.", ils avaient zéro points pour une frase qui à l'oral était absolument correcte. Pourquoi zéro points? Tout betement parce que :
1) "garcon" : pas de cédille, donc un demi point de retiré,
2) "garcon" : sans "-s" du pluriel : faute de grammaire, donc un point en moins,
3) "jouait" : faute de grammaire : forme du singulier au lieu du pluriel, un point perdu
4) "pandent" : faute d'ortografe / un demi points de moins
5) "récréation" : faute de grammaire : un point de retiré.

Pour trois points positifs il y a des "erreurs" d'une valeur de quatre points : résultat zéro points pour une très belle frase qui en plus était sans faute si on la prononçait.

Je vous ai donné cet exemple pour démontrer comment le décalage incroyable entre l'oral et l'ortografe amène beaucoup d'enseignants à des méjugements en ce qui concerne la qualité des travaux de leurs élèves. Mais à part cette injustice il faut voir le découragement et la dé-motivation qui en résulte dans beaucoup trop de cas.

Paul Valéry disait de l'ortografe française que c'est "une des fabrications les plus cocasses du monde", il la qualifiait meme de "criminelle". Un  grammairien éminent l'appelait "une calamité nationale".

Je me suis donc penché sur ce problème de l'écriture du français pour me demander s'il n'y avait pas un moyen de remettre l'écrit en harmonie avec l'oral, en concordance comme l'ortografe espagnole.
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

louis rougnon glasson 07/03/2012 18:26

Le mouvement Ortograf.NET de Mario Périard et du Professeur Singe représente en réalité une des ruses les plus habiles servant à défendre l'orthographe en ridiculisant l'idée de réforme.

Pour cela, il met en avant un code bébête inacceptable où l'on utilise la même écriture pour "pomme" et pour "paume", pour "boa" et pour "bois", pour "des paix séparées" et pour "des pets
séparés".

Une autre ruse pour rendre impossible l'indispensable réforme, ça a été l'adoption en catimini, vers 1975, de l'alphabet phonétique international, "l'API", pour indiquer la prononciation normale
des mots français.

Le très mauvais choix de ses lettres en fait un épouvantail, l'inventaire des sons qu'il prend en considération n'a même pas été fait correctement.

Pour ces deux raisons, l'API est responsable de la dégradation de la qualité de la prononciation, une dégradation encore augmentée par le code loufoque du mouvement Ortograf.NET.

Mais il est établi que l'adoption de l'API a surtout pour but d'empêcher l'adoption d'un alphabet phonétique JUDICIEUSEMENT CHOISI, qui, lui, ouvrirait toutes grandes les portes de la réforme
soi-disant "impossible".

La vraie réforme de l'orthographe est en réalité très facile, à la simple et impérative condition d'être précédée de la mise en place d'un alphabet phonétique français choisi le plus judicieusement
possible (surtout pas celui de Wikipédia!)

Voir par exemple "bataille des alphabets" sur Alfograf et sur Ortograf Nouvelobs

.

alter-ortograf 31/01/2010 11:47


Bonjour,

Votre réaction est tout-à-fait normale et compréhensible. Dès notre première rencontre avec le monde de l'écrit, à l'école ou même avant souvent, nous n'avons connu que l'orthographe actuelle que
nous ne maitrisons jamais entièrement, mais dont nous avons intériorisé l'aspect au point qu'elle est presque "rentrée dans nos gènes".

Il n'est pas si facile de s'en détacher. Je vous ai parlé de Chrétien de Troyes dans mon dernier commentaire. Pour le lire dans la version originale il faut faire le même travail de détachement par
rapport à l'orthographe d'aujourd'hui, c'est un peu difficile au début, mais avec un peu de bonne volonté on y arrive vite:
"einz deïssiez, tant vos pleüst,
qu'il fu ensi nez et creüz;
de ce voldroie estre creüz."
(Le Chevalier de la Charrette)

Si vous vous intéressez à ce sujet, venez nous joindre sur le forum "éducation" de france2 où plusieurs fils discutent les problèmes d'une réforme de l'orthographe française. Il y a aussi des
discussions intéressantes sur ce site http://dialogam.org/neofrance.

Au plaisir de vous rencontrer là, peut-être,

Amicalement


François Vayssettes 30/01/2010 15:56


Bonjour,
Je réponds presqu'ausssitôt... "Y'a rien à faire, j'suis un peu bloqué d'vant cette nouvelle ortographe"... surtout, avouons-le, visuellement.
Bien sûr, pour le pays d'Armoni et l'intérêt général... je me pose des questions...
Bien amicalement.


alter-ortograf 30/01/2010 15:35


Je vous remercie de votre intérêt pour une réforme d'orthographe.

Le problème, c'est qu'on ne peut pas vraiment réformer, càd éliminer les pièges gratuits de l'orthographe actuelle sans le faire de façon profonde, car "tout se tient" (cité par Nina Catach,
"L'orthographe", puf, p.91).

Votre crainte est sans fondement, une réforme profonde avec un nouveau code comme je le propose ici ne "rejetterait certainement" PAS "les anciennes générations et leurs textes dans les poubelles
de l'histoire."
Nous lisons toujours les textes de Chrétien de Troyes, de Marie de France, de Villon, de Montaigne, etc., etc., bien qu'ils aient utilisé des orthographes bien différentes de celle d'aujourd'hui
parce que leurs oeuvres ont été réimprimées en orthographe actuelle. Ce sera pareil après une réforme profonde.

Il est certain que pour votre travail vous êtes obligé de retourner avec vos élèves au pays de l'école.

Mè aprè-z une réform kom nou la pronon, lé pays de l'Armoni é de l'ékol seron uni.


François Vayssettes 29/01/2010 19:23


Vous allez trop loin. Du moins pour moi et je ne vous suivrai pas sur ce chemin. Pourtant, avec des handicapés "moteur", j'ai mis au point une archi-écriture basée sur les 33 archigraphèmesdu
français (plurisystème Nina Catach) associée à un Alphabet Phon. Pédagogique simplifié. Mais nous restons dans le CODE habituel du français (c'est le pays d'Armoni ou j'écris ce que j'entends...)
avec toujours un retour au pays de l'Ecole en fin de séance.
Je suis pour une réforme, certes, mais pas pour une écriture semi-phonétique (encore moins type SMS) qui est un autre CODE qui rejetterait certainement les anciennes générations et leurs textes
dans les poubelles de l'histoire.
Désolé, je ne suis pas prêt de scier la branche sur laquelle je suis assis... l'élaguer oui, la scier non !
Bien amicalement...