Valéry Giscard-d'Estaing et l'accord du participe passé ou la strate artificielle de grammaire en ortografe

Publié le par alter-ortograf

 

J'ai déjà parlé des pièges qui pullulent dans l'ortografe française, mais seulement de ceux qui sont dus au fait qu'il y a une multitude de façons différentes d'écrire un meme son ou de prononcer un certain signe (lettre ou groupe de lettres).

La source d'erreur la plus importante, par contre, est la "strate artificielle de grammaire en ortografe".

Celle-ci se compose des lettres muettes qui indiquent surtout des formes verbales de conjugaison, de pluriels et de genre (noms, pronoms, adjectifs etc.) et des accords des participes passés.

A l'école, les erreurs "de grammaire", les fautes d'accord notamment, sont sanctionnées plus sévèrement que les 'simples' fautes "d'ortografe".

En revanche, Valéry Giscard-d'Estaing, aujourd'hui membre de l'Académie française,
disait des bouts de frase comme : "les décisions que j'ai pris et celles que je vous ai promis".

Si à l'oral on a une tendance à ne plus faire les accords là où normalement on devrait les entendre, pourquoi doit on les écrire là où on ne les l'entend pas parce qu'ils ne sont pas prononcés ? Exemple : "Les pommes que j'ai acheté(es)."

D'autres langues nous montrent que l'on n'a nullement besoin de ces accords pour garantir une compréhension parfaite. En espagnol, en anglais et en allemand, par exemple, ces accords n'existent pas du tout et ces peuples n'ont pas la moindre difficulté pour comprendre des textes écrits. Ils écrivent ce qu'ils prononcent.
Espagnol : "Las manzanas que he comprado"; anglais : "The apples I have bought";
allemand : "Die Äpfel, die ich gekauft habe".

Mais on n'a meme pas besoin de regarder d'autres langues. Il suffit de se demander comment nous faisons pour nous comprendre à l'oral. Nous disons "[lé pom ke j'é achté]". Pas de trace de pluriel avec "pom", le "lé" devant suffit, et pas de trace d'accord avec "achté". Le contexte suffit pour comprendre.

Pourquoi alors écrire des lettres muettes qui n'apportent rien à la compréhension et qui ne sont que des sources d'erreur à l'écrit ? Pourquoi ne pas écrire aussi "Lé pom ke j'é achté" ?

Selon l'INSEE il y a 5 à 6 millions d'illettrés en France !

Une réforme ortografique profonde s'impose !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article