La terre ronde et des Aglaises malades

Publié le par alter-ortograf


 

 

Un intervenant sur le fil "L'écrit, la lecture : problèmes" sur le forum sur l'éducation de france2 :
"Bref comme disait Pé-pin, vu que la terre est ronde, il n'est plus possible d'uriner dans les coin."

 

Réponse :
Si l'on regarde avec un peu de sérieux vos "coin", on se rend compte des problèmes et des dilemmes causés par l'ortografe actuelle.  
 
D'où vient l'erreur ? Du fait que l'ortografe française s'écrit avec une autre grammaire que la vraie, celle de la vraie langue, la langue prononcée (je n'utilise pas le terme "parlée" parce que cela implique trop la notion de stile, par contraste au stile écrit). La vraie grammaire est inhérente à la langue prononcée, tandis que celle de l'ortografe est entièrement artificielle et consiste en de lettres muettes.
 
Je prends l'exemple de la frase suivante : "Nos voisines, deux Anglaises d'un certain age, sont tombées malades".
 
Bien qu'avec "nos" (par opposition à "notre" ), "deux" (par opposition à "une" ) et "sont" (par opposition à "est" ) il y ait trois marqueurs plus que clairs pour indiquer qu'il s'agit d'un sujet au pluriel, l'ortografe actuelle nous oblige à mettre des "-s" finaux à "noS", "voisineS", "AnglaiseS", "tombéeS" et "maladeS". Avouez que cette surabondance de marqueurs grammaticaux est absurde, d'autant plus que l'oral ne s'en sert nullement et qu'on comprend parfaitement bien sans eux.
 
La meme chose pour les marqueurs de genre : "voisines" et "Anglaises" nous informent clairement et sans aucun doute que le sujet est du genre féminin. Pourquoi alors mettre un "e" supplémentaire à "tombéEs" ?
L'adjectif "malades" démontre d'ailleurs, qu'un marqueur supplémentaire de genre est totalement superflu, car ce serait sans aucune différence "malades" pour deux messieurs ainsi que pour deux dames.
 
Donc, n'ayez pas peur d'utiliser
l'ortograf altèrnativ
. Elle élimine pratiquement tous les pièges et sources d'erreurs de l'ortografe traditionnelle. Tout ce qui est clair à l'oral le sera aussi avec cette nouvelle norme qui transcrit fidèlement la prononciation standard du français.
"No vouazine, deu-s Anglèz d'un sèrtin aj, son tonbé malad"

(www.ortograf.net)

Commenter cet article

alter-ortograf 11/03/2010 23:54


Mèrsi pour votr komantèr.

D'abor, "revoir la façon dont l'orthographe est enseignée", sela a été éséyé pandan plu de 100 an, san suksè.

Pourkoua "in" é "un"? Pars k'il s'aji ankor de deu son diféran, mèm si le nonbr de jan ki ne fon plu la diférans sanbl ogmanté. Osito ke lé deu son seron vrèman devenu idantik l'OrAl n'ékrira plu
"un", kar èl transkri la prononsyasyon standar.

Pourkoua gardé l'aksan grav sur "sèrtin"?
Pars ke, avèk un tou peti nonbr d'èksèpsyon, l'OrAl prévoua une seule lètr (ou digram) pour chak son: "e" pour "demin", "é" pour "été" et "è" pour "mèr". Il è vrè ke dans "sèrtin" le "er" se
pronons [è], mè an ortograf tradisyonèl. Par kontr, dan "marcher", le "er" è prononsé [é], toujour an ortograf trasisyonèl.

L'OrAl élimine tout lé-z anbiguité é inkoérans de sèt sort.

Avan de jujé tro vit il vodrè myeu se ransègné.

An tou ka, mèrsi de votr intérè.


jipé 11/03/2010 21:40


" d'un sèrtin"............. pourquoi "un" et "in" ? Pourquoi 2 graphies pour un même phonème ?
Pourquoi conserver l'accent grave sur le 'e' : "er" se prononce "ère", pourquoi garder l'accent ??
Votre projet n'avance à rien, ne sert à rien. Le seul véritable débat, la seule vraie réforme utile, c'est simplement de revoir la façon dont l'orthographe est enseignée.