"Les richesses" de l'ortografe, absurdes, ridicules, dangereuses

Publié le par alter-ortograf


Quand il s’agit de l’ortografe, il y a des gens qui voient des richesses là où il n’y a que des absurdités.

 

Vive la cohérence et la clarté de l'ortografe française où les pièges (pardon, les richesses) abondent !!!    

 

Quelques exemples :

 

Le sein du saint sent le pain et le vin.
Le sain du seint sent le pin et le vain.
Le sin du sint sent le pein et le vein.
 
"Leurs vœux" ? Deux pneus.  
"Leurs voeus" ? Deus pneux.  
"Leur voeux" ? Deux pneux.
"Leur voeu" ? Deus pneus.

 

Les hibouX ne sont pas plus fouS que les coucouS. Ils mangent des chouX et pas des clouS.
Les hibouS ne sont pas plus fouS que les coucouX. Ils mangent des chouS et pas des clouX.
   
Pourquoi continuer de faire compliqué/compliquée/compliqués/compliquées/compliquer/compliquez quand on peu faire simple ?  
   
Se n'è vrèman pa konpliké : Le sin du sin san le pin é le vin. (
L'ortograf altèrnativ
)        

                                             Leur veu ? Deu pneu.

                                    Lé ibou ne son pa plu fou ke lé koukou.  
                                    Il  manj dé chou é pa dé klou
.

 

Regardons ensuite un exemple des prétendues 'richesses' de l'ortografe française qui ne sont au fond que des  sources d'erreurs gratuites : la variante fermée du son "o" comme dans "mot" :
il y a les écritures suivantes (la liste n'est pas exhaustive !) : "o" ("bravo" ), "oo" ("zoo" ), "oh", "op" ("trop" ), "os" ("dos" ) "ot", "ots", ("mot"/mots" ), "ôt" (tôt), "au", "aux", "aud", "auds" ("chaud"/"chauds), "aut", "auts" ("haut"/"hauts" ), "eau", "eaux", "aul" ("aulne" ), "ault" ("Renault" ), etc.
 
Je pourrais vous faire la meme chose avec les variantes ouverte et fermée du son "e", ou avec le son "k", etc. etc.
 
L'histoire des échecs ortografiques a montré sans aucun doute qu'il n'y a aucune possibilité d'adapter des métodes d'apprentissage à une ortografe tellement ridicule. Il y aura toujours trop de gens qui restent en rade et subissent des conséquences négatives et injustes.

 

Avec l’ortograf altèrnativ la quasi-totalité des erreurs ortografiques sera supprimée.  On écrit comme on prononce et on prononce comme on écrit.   www.ortograf.net

 

Commenter cet article

alter-ortograf 28/08/2009 15:38

Rebonjour LHG,

Déjà en retard pour votre commentaire effacé, j'ai écrit ma réponse tellement vite que, bien sûr, j'ai été victime de quelques pièges orthographiques. Je ne m'en excuse pas, car cela démontre de nouveau la nécessité urgente d'une réforme.

Si j'avais écrit en finlandais ou turc, cela ne me serait pas arrivé (sauf pour une faute de frappe). Les deux langues sont absolument "transparentes", c'est-à-dire on écrit exactement comme on prononce et la relation son - signe est 1:1.

Cela ne serait pas arrivé non plus avec l'"OrAl" (Ortograf Altèrnativ).

Hans Kolbe 27/08/2009 18:05

Bonjour LHG,

d'abord, je voudrais vous présenter mes excuses pour votre premier commentaire. J'avais rédigé une longue réponse et puis, pas encore très habitué à ce blog et ses possibilités, j'ai appuyé sur un mauvais bouton et le tout était effacé.

Je vous remercie de l'intérêt que vous montrez pour la question d'une réforme orthographique, et vous pouvez être sûr que je ne cherche pas à éviter les débats.

Heureusement, j'ai été informé de votre commentaire par le blog et je l'ai toujours dans ma boîte de réception. Le voici:
"0ui, simplifions, simplifions... Supprimons toutes les nuances, pensons en binaire tant qu'à faire, ça sera plus facile et ça ira plus vite. 0rwell le disait déjà. Adoptons tous la novlangue !

Pour le langage de tous les jours ça ne poserait certes pas trop de problèmes, mais simplifier le langage, c'est simplifier la pensée, c'est restreindre les variantes, toutes ces nuances complexes qui certes nous emmerdent mais qui nous permettent d'exprimer les subtilités d'un langage libre d'aller où il veut, de sortir des cadres.

Vous prétendez vous réapproprier la langue, faire peur au pouvoir en place... Mais en réalité vous ne faites que promouvoir l'abandon de la pensée aux seuls technocrates : lorsque le peuple aura un langage simplifié, limité, comme c'est déjà de plus en plus le "K", la réflexion politique sera encore plus qu'auparavant détachée de la souveraineté populaire et rien ne s'opposera à la dictature des "politiques".

Plutôt que d'abaisser la norme, pourquoi ne pas élever le niveau du peuple ? Ah ça oui, ça ferait peur à nos dirigeants. Là les gens pourraient parler de choses plus élaborées que de la météo ou du match de la veille, et peut-être même avoir une réflexion politique élaborée... Pas bon ça : ça pourrait remettre en question le système. Non, plutôt abrutir encore un peu plus la population, leur donner un langage asseptisé n'exprimant plus que la pensée minimale autorisée... Après tout on a le langage qu'on mérite...

Tous ces trucs que vous trouvez inutiles et complexes ont un sens et (la plupart du temps) une raison d'être. Un petit peu de philo du langage suffit à démontrer que supprimer ces nuances orthographiques est limiter l'expression même et au final les mouvements de la pensée. Mais bon la philo c'est compliqué aussi hein, on pourrait simplifier. Tiens lisons Kant en sms (et supprimons tout ce qui nous paraitra redondant aussi)et voyons ce qu'il en reste... Quand on sait qu'un simple "iota" a divisé la chrétienté pendant des siècles...

Réfléchisé !!!"

Malheureusement, ma réponse est perdue. Je vais donc essayer de la reconstituer à peu près:

Je connais très bien le "newspeak" d'Orwell et je paux vous rassurer, j'ai beaucoup "réfléchi" à tout ce qui touche à l'orthographe, à la langue et leurs histoires respectives.

Le grand malentendu, c'est que vous semblez confondre l'orthographe et "la langue" ou "le langage". L'orthographe n'est qu'un système relativement indépendant consistant de signes visuelles pour transcrire les sons d'une langue.
La modification de ce système ne modifie pas "la langue". En ortograf altèrnativ cette dernière phrase donne: "La modifikasyon de se sistèm ne modifi pa la lang". "La langue" reste la même: française, la syntaxe, le vocabulaire, la vraie grammaire, celle de la langue prononcée, tout reste inchangé, sauf la relation entre son et signe. L'ortograf altèrnative prévoit un seul signe pour chaque so et, chaque lettre écrite se prononce, comme chez les anciens Grecs, les Romains et les grands auteurs français du Moyen Âge.

Puisqu'il s'agit d'une norme phonocentrée tout ce qui est clair à l'oral le sera aussi à l'écrit. Et c'est seulement si à l'oral il y a des problèmes (extrêmement rares) qu'il faut peut-être changer légèrement la syntaxe d'une phrase (cf. plus bas). Mais ce n'est pas pour cela qu'on peut nier l'urgence et la nécessité d'une réforme profonde.

La simplification de l'orthographe actuelle par l'ortograf altèrnative ne signifie donc nullement "la suppression de subtilités" et surtout pas de "toutes les subtilités", ni "restreindre les variantes, toutes ces nuances complexes" ou encore "supprimer ces nuances orthographiques est limiter l'expression même et au final les mouvements de la pensée". Je vous prie de bien vouloir donner un exemple ou la suppression des nuances de l'orthographe actuelle signifie la limitation de l'expression et de la pensée.

En aucun cas la simplification du code écrit peut simplifier "la pensée". Ce n'est pas possible si vous écrivez en braille ou en sténo et c'est également impossible en ortograf altèrnativ.

De tous les temps "le peuple a et a eu un langage simplifié, limité". Et cela malgré,même à cause de l'orthographe actuelle, volontairement sur-compliquée jusqu'à l'absurdité. Ceux qui à cause de l'écriture actuelle n'ont pas eu accès au monde de l'écrit ont eu beaucoup moins de chances de développer un langage sophistiqué ou très nuancé.

"Elever le peuple" est donc un des motifs principaux d'une réforme profonde.


Quant aux homonymes "intention"/"intension" il vous sera extrêmement difficile de nous trouver un exemple ou le contexte n'éclaircie pas lequel des deux est utilisé. (D'ailleurs, "intensions" est tellement rare et vieux que 'il n'apparait pas dans les dictionnaires courants.) Mais soit, une question: comment vous faites actuellement pour distinguer les plusieurs sens différents de mots comme "marche", "canon", "baie" etc., etc. etc. ?

Vos craintes sont totalement injustifées.


En ce qui concerne votre dernier commentaire: ""Il a posé le vase et l'assiette sur la table. Il l'a placé(e) à gauche." ? Comment savoir ce qu'il a placé à gauche ? Supprimez-vous, avec l'orthographe, la grammaire et le sens ?", on
supprime avec l'ortograf altèrnativ toutes les lettres muettes, lexicales ("aulne"-> "one") et grammaticales ("il chante"/"ils chantent" -> "il chante"), mais cela ne veut pas dire qu'on supprime la vraie grammaire française, celle de la langue prononcée, et encore moins le sens.

Votre exemple "Il a posé le vase et l'assiette sur la table. Il l'a placé(e) à gauche" est un des rares ou en effet à l'oral comme en ortograf altèrnativ une légère modification de la syntaxe peut apporter toute la clarté nécessaire: "Il a posé le vase et l'assiette sur la table. Le vase à gauche." Ou "L'assiette à gauche". C'est aussi clair et même moins lourd.


Cordialement

LHG 26/08/2009 15:03

Même question pour l'exemple suivant : "Il a posé le vase et l'assiette sur la table. Il l'a placé(e) à gauche." ? Comment savoir ce qu'il a placé à gauche ? Supprimez-vous, avec l'orthographe, la grammaire et le sens ?

LHG 26/08/2009 14:55

Et comment ferez-vous la différence entre, par exemple, "intention" et "intension" dans un contexte qui ne permet pas de trancher a priori ? Faudra-t-il se débarasser d'un mot pour chaque couple d'homonymes ?

Par ailleurs mon précédent commentaire du 25/08 sur l'article n° 24086041-6 semble avoir disparu : suivant le lien http://reformeortografique.over-blog.com/article-24086041-6.html#anchorComment je ne peux le voir... Est-ce un bug ou dois-je en conclure que vous préférez la censure au débat ? Je suppose et espère que la première solution est la bonne...