Le projet « ORTOGAF ALTERNATIV »

Publié le par alter-ortograf

« ORTOGAF ALTERNATIV »
 
Ce projet a pour but principal l’organisation pédagogique du sistème d’écriture de façon à éliminer les pièges générés par l’embrouillamini terrifiant de l’ortografe traditionnelle. Il s'agit d'un projet de réforme profonde bien qu'il ne cherche pas à écrire fonétiquement à 100%. L'objectif principal n'est donc pas une ortografe qui pourrait indiquer toutes les subtilités de la langue prononcée et de remplacer l'API, mais de mettre à la disposition de tout le monde, meme les moins doués, un outil indispensable pour pouvoir participer de façon digne à la vie moderne, une écriture facile à apprendre et à utiliser.
 
Une analise de l’ortografe actuelle dévoile les plages de pièges suivantes :
 
1) Un certain son peut etre transcrit par des lettres ou signes (groupes de lettres) différents. Par exemple, le son  
   [k] connait une dizaine d’écritures différentes, le son [è] une quinzaine et il y a une  
   vingtaine pour le son [é].
 
2) Une certaine lettre représente des sons différents (le « x » transcrit les sons [ks] (« axe »), [gz] (« examen »)
    et [z] « dix-huit ») etc.
 
3) Des consonnes doubles sans analogie à l’oral ( le son [m] reste le meme dans « dame » ou « femme », le  
    "p" aussi dans « apaiser » ou « apparaitre », ou le "l" dans « imbécile » ou imbécillité »).
 
4) La multitude des lettres muettes du lexique (« corps », « bras », « doigt »,  
    « pied », etc.)
 
5) Les milliers de lettres muettes de la strate grammaticale en ortografe (« tu ouvres », ils  
    « ouvrent », « les patients malades », « les pommes que j’ai achetées » etc.
 
6) Des incohérences multiples du genre « les grands-pères » mais « les grand-mères » ou
    « prendre -> il prend » mais « résoudre » -> « il résout » etc.
 
 
Ces six points représentent « les fondements viciées » de l’ortografe française qu’il faut changer. Toute ‘réforme’ qui ne s’attaque pas à l’ensemble de ces pièges n’en serait pas une.
 
Le projet « ORTOGRAF ALTERNATIV » se base sur les principes suivants :
a) un son – un signe,
b) on n’écrit que ce qui se prononce, donc plus de lettres muettes, chaque lettre est prononcée,
c) pas plus de cinq exceptions concernant a) et b)  (par exemple : un seul signe pour les deux variantes du
    « o », « la po » (peau) et « la port » ou du « eu » (« peu » et « peur »), ce qui ne peut pas engendrer des  
    erreurs
.
d) sauvegarder la lisibilité réciproque des deux sistèmes d’écriture,
e) on n'utilise que les lettres de l'alfabet actuel et n'invente ni signes, ni diacritiques nouveaux, on ne  
    change pas les limites des mots et garde l’apostrofe ainsi que la ponctuation et l’écriture des noms propres
.
 
Les principaux changements :  
 
*** simplification des lettres grecques ("ph" -> "f", "th" -> "t", "y" -> "i".)
*** Le son initial dans "gel" ou final dans "garage" s'écrit toujours "j".
*** Le son [k] s'écrit toujours "k".
*** Le "s" sonore comme dans "zone" ou "base" s'écrit toujours "z". Le "s" sourd comme dans  
      "façade", "face", "sel", ou "passe" s'écrit toujours "s".
*** La lettre "x" est remplacée par les écritures "gz" (ègzamin" ) pour la variante sonore et "ks" pour la sourde  
      ("axe" ).
*** Le "y" transcrit uniquement le son comme dans "yaourt" ('yaour') ou " famille" ('famiy').
 
 
 
Quelqu’un qui commence à jouer d’un instrument de musique va apprendre le solfège et à lire la musique. Le sistème des notes apparait étrange au premier abord et il faut se familiariser avec lui avant de pouvoir le lire couramment.
 
Un sistème écrit différent, meme légèrement, demande également un petit effort de familiarisation et de recul par rapport à l’ortografe actuelle qu’on nous a inculquée plus ou moins bien depuis un très bas age. Il faut surtout se rendre compte de ceci : si on aime la langue française, c'est la langue prononcée/pensée. Pourquoi avoir honte de l'écrire de façon que l'écrit soit en harmonie avec l'oral ?
 
L’ORTOGRAF ALTERNATIV  parait peut-etre étrange au début mais s’apprend en moins de deux. Sa lecture est particulièrement facile, la combine étant de lire à haute voix au début.
 
 
Un petit exemple :
 
Se ki è diféran de se k’on k.onè, a koua on a une relasyon afèktiv, nou déranj. S’è normal. Mè a partir du moman ou on ariv a prandr un peu de rekul é a vouar ke sèt nouvèl choz aport dé-z avantaj énorm , èl è bokou plu fasilman a aksèpté.
 
*** Avèk sèt nouvèl ortograf tou lé pièj de 1) a 6) de la list an o son suprimé.
*** L’aprantisaj de la lèktur é de l’ékri devyèn une kèstyon de kèlke smèn seulman é
*** on gagn du tan, de l’èfikasité insi ke dé resours, kar dan-z une page A4 normal de 40 lign on orè 400  lètr  
      an mouin ou 800 dan 2 paj, 8.000 dan 20 ( !) é 20.000 dan-z un tèkst de 50 paj
. S’è vrè, s’è-t  
      énorm !

Commenter cet article

Olivier 21/11/2011 00:34

Bonsoir,

Je suis favorable à une réforme orthographique, mais je ne suis pas sûr qu'un son et un signe soit pertinent pour tout. Je pense surtour pour la grammaire, comme pour diférencier je chantai, je
chantais, je chanterai, je chanterais... Et puis d'autres détail, à force d'être rationnaliste on peut perdre la raison.
Enlever les lettres muettes dans les mots courants, comme batème , cronique, cronologique, les doubles consonnes, comme inocent, come, des circonflexque comme éveque batir... Me semblent un bon
début. (pour le maintien du t dans début, car débutant, débuter...)

Cordialement.,

Charlie51 09/11/2011 21:51


Je voulais dire "votre commentaire", pas "commentarie"
faute de frappe, pas d'orthographe...


Charlie51 09/11/2011 21:49


Désolée, mais en ce qui me concerne, le dernier paragraphe de votre commentarie est "illisible" !!
Je rejoins totalement ces deux personnes auxquelles vous répondez !
Pour l'essentiel, on veut simplifier l'ortographe parce que mainetant, les gens ont la paresse d'apprendre à écrire correctement ! C'est un exercice intellectuel que de comprendre pourquoi tel mot
s'écrit de telle ou telle façon. Vous prétendez qu'on n'a pas trouvé de système pour apprendre le Français, seulement les élèves qui passaient le feu certificat d'études faisaient beaucoup moins de
fautes d'orthographe que n'en font les élèves actuels !
Modifier arbitrairement des règles sous couvert de simplifier revient à abolir toute logique dans l'orthographe liée notamment à la grammaire, et on va en arriver à de l'orthographe quasi
phonétique, à du "par coeur" parce qu'on n'aura plus le lien enre l'orthographe d'un mot et son usage grammatical !
En retirant l'accent circonflexe au verbe être par exemple, on abolit la logique de la conjugaison de la troisième personne du singulier : il/elle EST !
"C'est une langue belle à qui sait la défendre" !!


alter-ortograf 27/02/2011 13:56


Je vous remercie de votre commentaire.
Je vais essayer d'expliquer les raisons pourquoi une réforme profonde de l'orthographe est nécessaire. Pour ce faire, je vais me servir de ce que vous prétendez:

1) Vous dites qu'il faut "chercher une méthode pour leur apprendre le vrai français". C'est ce qu'on a essayé de faire depuis plus d'un siècle. On ne l'a pas trouvé jusqu'aujourd'hui.

2) Personne n'est à l'abri de faire des erreurs avec l'orthographe actuelle. Par exemple, vos premiers mots sont "Je ne comprend pas". Et vous ne m'avez pas l'air d'être inculte. Il n'est donc pas
vrai de dire que la cause de la "catastrophe orthographique" s'explique par "l'abrutissement" ou "la paresse" de la jeunesse actuelle.

3) Quand vous parlez de la "longue histoire" de la "langue française" vous donnez comme exemple l'histoire des mots. Mais "les mots" font partie de la langue et pas du tout de l'orthographe. Ecrits
en Braille, en sténo ou en un code réformé, les mots ne perdent rien de leur sens ou de leur histoire. L'orthographe n'est pas "la langue", mais uniquement une façon de la conserver à l'aide de
signes visuels. Il s'agit donc de deux choses différentes, de deux systèmes indépendants. Les changements dans l'un ne modifie pas l'autre. Par exemple, quand le mot 'défendeur' est remplacé par
'défenseur' la langue change, mais pas l'orthographe. Quand en revanche le mot 'défence' s'écrit 'defanse', 'defence' ou 'deffence', comme cela a été le cas au cours de l'histoire, c'est
l'orthographe qui change, mais pas le mot. Avec le code OrAl (Ortograf Altèrnativ) on peut donc sans crainte écrire "défans".

4) En écrivant avec ce code, on ne descend donc pas "le niveau de notre langue", on ne fait autre chose que de modifier cette orthographe actuelle, absolument grotesque avec ses incohérences,
contradictions et exceptions à des règles absurdes et confuses. On réforme de façon intelligente une orthographe (pas la langue!) qui est la vraie cause de la catastrophe orthographique. Celle-ci
est la faute du système de transcription absolument opaque de l'écriture actuelle et nullement des gens qui la subissent.

5) Car la "beauté de la langue magnifique" relève de son vocabulaire, sa grammaire inhérente et surtout de ses sons harmonieux. Son système de transcription, son orthographe, n'est nullement
"magnifique". Ecrire une multitude de lettre qui ne sont jamais prononcées (cf. votre "je comprend[S]"), "magnifique"? Ecrire un mot avec des lettres qui n'ont rien à avoir avec le son prononcé,
comme p.e. "eaux", "e" = "O"? , "a" = "O"?, "u" = "O"?, "x" = "O"? "Maginifique", tout cela ???

La méthode que vous cherchez, c'est la réforme en profondeur de l'orthographe:
un seul signe par son ou plage de son et on n'écrit que ce qui se pronoce.
La métod ke vou chèrché, s'è-t une réform an profondeur de l'ortograf: un seul sign par son, ou une plaj de son, é on n'ékri ke se ki se pronons.

Mèrsi de votr konpréansyon !


Christophe 27/02/2011 01:43


Je ne comprend pas, ca me fait vraiment penser au film "Idiocratie", où l'humanité a régressée... La langue française a une longue histoire, et tous les mots d'aujourd'hui en sont issus! Chaque
mot, même complexe, possède une histoire, tirée du latin ou du grec la plupart du temps, et utiliser ce "nouveau" langage, c'est bafouer toute cette histoire! De plus, une telle orthographe est
impossible à lire pour les gens qui savent réellement utiliser la langue... Personnellement, vouloir utiliser un tel langage n'est que de la paresse, dû entre autre, et pour reprendre les propos du
commentaire précédent, à l'abrutissement des jeunes devant la TV, et qui ne prennent plus le temps de lire... Il ne faut surtout pas descendre le niveau de notre langue au niveau des gens
paresseux, mais au contraire chercher une méthode pour leur apprendre le vrai français et leur montrer la beauté de cette langue magnifique!